Le problème de l aïkido ?!

Eh bien l’aïkido n’a pas vraiment de problème. C’est un art à part entière qui permet de développer de fantastiques compétences martiales et d’opérer un véritable changement en soi. Mais alors… de quoi parlons nous et pourquoi ne plus enseigner uniquement l’aïkido ?
L’aïkido du fondateur, Ueshiba, était pratiqué par des experts martiaux, des personnes qui avait déjà un gros bagage et qui percevaient l’intérêt exceptionnel de cette nouvelle approche. Aujourd’hui, en France, les choses sont tout à fait différentes. Les pratiquants et les enseignants d’aïkido ne connaissent souvent que cela et l’état d’esprit de la pratique devient un problème.
Au cours de ces dernières années d’enseignement dans notre dojo à Labarthe de Neste et de pratique avec des centaines d’aïkidokas (je participai à une dizaine de stages par an, de la Bretagne aux Pyrénées…), j’ai réalisé à quel point l’absence de bases « classiques » était un handicap souvent insurmontable pour les pratiquants.
Selon moi, ce que permet l’aïki c’est de dépasser les conditions d’un combat habituel. L’aiki permet d’effectuer librement des atemis, des contrôle articulaires, des projections sans sombrer dans la crispation, la lutte, dans la confrontation où c’est le plus fort musculairement qui l’emportera. Pour percevoir cela, il faut avoir construit une certaine connaissance de ce qu’est un combat. Il faut savoir donner des coups, et ensuite se rendre compte que cela ne suffit pas. À ce moment là l’aïki prend tout son sens.
C’est pour cela que notre dojo évolue, nous ré-introduisons les bases « classiques » sans perdre de vue l’aiki.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *